Quelques questions fréquemment posées

Quel est l’intérêt pour un salarié de passer son CQP ?

Le CQP permet de faire reconnaître ses compétences, d’en acquérir de nouvelles et de mieux s’adapter aux évolutions techniques, réglementaires ou organisationnelles. Il peut également offrir des perspectives d’évolution au sein de l’entreprise. « C’est aussi une façon de se protéger en cas de restructuration ou de licenciement, raconte Ronaldo, responsable d’équipe logistique. Avec ce certificat, je sais que mes compétences seront reconnues dans toutes les autres entreprises de la Branche ».

Peut-on passer un CQP même si on n’a aucun diplôme ?

Justement oui. Tous les salariés, diplômés ou pas, peuvent passer un CQP puisqu’on évalue les compétences concrètement mises en œuvre.

Pour ceux qui ont arrêté l’école prématurément, c’est aussi un moyen de valoriser leurs expériences, comme l’explique Pierre-Yves, conducteur de machines : « Je n’ai pas fait beaucoup d’études. Alors pour moi, le CQP était un moyen de me prouver que je pouvais réussir des examens et suivre des cours, comme n’importe qui ».

Comment savoir si le CQP visé est bien à la portée du salarié ?

Pour cela, il faut regarder attentivement le référentiel du CQP (cliquez ici pour consulter la liste des référentiels) et vérifier si vos compétences actuelles correspondent bien aux savoir-faire demandés. En fonction des lacunes décelées, vous pourrez élaborer avec votre entreprise un parcours de formation sur-mesure qui vous permettra de combler ces manques.

Peut-on obtenir un CQP par la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) ?

Oui. Si un salarié a au moins 1 an d’activité dans le métier et qu’il possède le niveau de compétence requis pour le CQP, il peut faire reconnaître son expérience par la VAE et obtenir son CQP sans passer par la formation.

Qui finance le parcours vers le CQP ?

Le parcours vers le CQP (positionnement, formation si besoin, évaluation) peut être financé par le plan de développement des compétences, par la Pro-A (reconversion ou promotion par alternance) et par le CPF. Le Conseiller Formation d’OPCALIM est au service des entreprises pour étudier avec elles le plan de financement du projet CQP (cliquez ici pour connaître les coordonnées du Conseiller Formation le plus proche).

Qu’est-ce qu’OPCALIM ?

OPCALIM est l’OPCO (Opérateur des compétences) de la Coopération agricole, des Industries Alimentaires et de l’Alimentation en Détail.

Sa mission est de collecter les contributions obligatoires des entreprises du secteur pour la formation professionnelle, de financer les actions de formation, d’informer les entreprises et leurs salariés et de les accompagner dans leurs projets de formation. OPCALIM est géré conjointement par les représentants des employeurs et des salariés.

www.opcalim.org

Quelle est la valeur d’un CQP par rapport à un diplôme ?

Les diplômes et les CQP sont complémentaires et interviennent à différents moments de la carrière d’une personne : le diplôme intervient au moment de l’accès à l’emploi alors que le CQP accompagne l’intégration et l’évolution de la carrière du salarié.

Le diplôme est aussi une certification qui permet de fournir un bagage généraliste, pas nécessairement professionnalisant, permettant l’exercice de différents métiers.

Les CQP sont des certifications reconnues par une ou plusieurs branches professionnelles qui permettent de développer et/ou valoriser des compétences en situation professionnelle.

Le CQP est un gage de montée en compétences, de valorisation et de fidélisation, qui s’inscrit dans la Responsabilité Sociale et légale des Entreprises pour maintenir l’employabilité des salariés et développer leurs compétences (notamment depuis la Réforme de la Formation professionnelle continue du 5 mars 2014)

Plus largement, le CQP accompagne la démarche de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des compétences de l’entreprise.

Question : Le CQP, ça prend combien de temps ?

Un CQP est avant tout une certification des compétences. Il n’y a pas nécessairement de formation préconisée, dans le cas où le salarié dispose déjà d’une bonne expérience et qu’il se révèle, après le repérage des compétences, déjà au niveau du CQP.

Dans le cas où le salarié n’est pas au niveau du CQP, ce dernier devra suivre un parcours de formation adapté à ses besoins en compétences. Le parcours de formation pourra osciller entre 7h et 300h pour les plus débutants.

Dans le cas où le salarié souhaite accéder au CQP par la voie de la VAE, l’action peut se dérouler sur ou hors du temps de travail, avec un accompagnement légal de 24h par un organisme VAE.

Dans tous les cas, il faut se rapprocher :

Question : Un salarié peut-il passer un CQP dont le périmètre des activités ne correspond pas au poste dans l’entreprise ?

Le cadre du référentiel peut être dissuasif si l’entreprise ne retrouve pas son organisation du travail et le découpage de ses postes. Mais, le référentiel n’est pas enfermant.

En effet, le référentiel vient apporter de l’information, de la compréhension sur l’ensemble des activités et compétences attendu du métier, mais il n’est pas exhaustif.

Ainsi, en amont de l’action CQP, l’étude d’opportunité et de faisabilité doit permettre d’analyser le poste du candidat au regard du référentiel CQP pour déterminer les correspondances, et surtout les différences :

  • Si le poste est plus large que le référentiel, c’est la garantie que le CQP valide les activités attendues.
  • Si le poste est plus restreint que le référentiel : le salarié devra se former pour élargir ses compétences qu’il pourra ensuite rapporter dans le cadre son poste dans l’entreprise. C’est un moyen d’augmenter sa polyvalence et de faciliter son évolution à court ou moyen terme.

En tout état de cause, pour garantir une équité d’évaluation entre tous les candidats au CQP et maintenir le niveau attendu du CQP, les règles de certification sont les mêmes pour tous :

  • Pour obtenir le CQP visé, le salarié doit pouvoir être évalué, à un instant t, sur l’ensemble des activités et compétences décrites dans le référentiel. L’évaluation doit le positionner au niveau d’exigence requis par le CQP
  • Dans le cas où le salarié n’exerce pas tout ou partie des activités du poste, il faut se rapprocher de la branche professionnelle, pour étudier les options et dérogations possibles.

A quoi sert la CPNEFP ?

La commission paritaire nationale de l’emploi et de la formation Professionnelle (CPNEFP) est une des instances de la branche professionnelle chargée de déterminer la politique « emploi-formation » de la Branche professionnelle et veiller à l’application de l’accord de formation. Elle est composée à parts égales de représentants des fédérations professionnelles et de représentants des syndicats de salariés.